Le freinage hydraulique d'une voiture

Le freinage hydraulique d'une voiture : un système indispensable pour une conduite en toute sécurité

Le freinage hydraulique d’un véhicule est utilisé dès lors que le conducteur actionne la pédale de frein. C’est dire si nous le sollicitons constamment quand nous sommes au volant de notre voiture ! Si chaque usager de la route sait pertinemment ce que freiner signifie et quand il est d’usage de le faire, la plupart d’entre nous ignore en revanche les divers mécanismes prévus à cet effet, et notamment leur fonctionnement. Il est pourtant judicieux de comprendre comment une voiture freine.
 

Un freinage hydraulique performant est bien entendu indispensable pour garantir la sécurité des occupants de la voiture. Il est donc absolument essentiel de s’assurer qu’il fonctionne correctement. Pour cela, n’hésitez pas à vous rendre régulièrement dans un garage First Stop : nos professionnels effectuent pour vous toutes les vérifications nécessaires et vous permettent de repartir l’esprit apaisé au volant de votre voiture. Ce contrôle est également souhaitable avant par exemple un départ en vacances ou tout trajet impliquant un nombre conséquent de kilomètres.
 

freinage

Le système de freinage d’une voiture

Quels sont les différents types de frein ? Outre le circuit de freinage hydraulique, d’autres éléments au sein de l’automobile permettent de la ralentir ou de la stopper. Si tous ne sont pas à utiliser dans les mêmes circonstances et que chacun a un usage précis, ils se rejoignent sur un point : ils doivent fonctionner de manière irréprochable pour assurer la sécurité du conducteur et de ses passagers.

Le freinage hydraulique

Comment marche un frein hydraulique ? Ce type de freinage est utilisé lorsque le conducteur appuie sur la pédale prévue à cet effet. Sans rentrer dans des considérations trop techniques, voici ce qu’il se produit dans ce cas de figure :
 

- Suite à la pression sur la pédale de frein, des pistons situés dans un cylindre sont sollicités.

- Le liquide de frein est expulsé de ce cylindre et alimente les quatre roues de la voiture, via deux circuits distincts.
 

Ce schéma permet à l’automobile de freiner dans de bonnes conditions, c’est-à-dire de manière équilibrée. De plus, en cas de défaillance de l’un des deux circuits, il est malgré tout possible de ralentir.

Chacune des roues possède des récepteurs : quand il y a une pression hydraulique, les plaquettes de frein entrent en contact avec les disques, qui suivent le mouvement des roues. C’est ce frottement qui permet de diminuer la vitesse de rotation des roues, et donc de freiner.
 

 A noter que dans le cas très particulier du freinage hydraulique des tracteurs à remorque, une nouvelle règlementation européenne va entrer en vigueur au 1  er janvier 2025. Dans le but d’augmenter encore et toujours la sécurité, le freinage hydraulique à simple ligne ne sera plus autorisé pour les véhicules neufs, et cèdera sa place au freinage hydraulique à double ligne.
 

Les aides au freinage

Depuis plusieurs décennies, les systèmes de freinage n’ont eu de cesse de se perfectionner et s’améliorer, dans le but d’optimiser les conditions de sécurité inhérentes à la conduite. Parmi toutes les innovations, la plus connue et la plus essentielle est incontestablement le développement de l’ABS.

Cette abréviation héritée d’un mot allemand ( « Antiblockiersystem » ) désigne la capacité du véhicule, quand il en est équipé, à ne pas bloquer les roues, même quand lorsque le conducteur freine de façon particulièrement intense.

L’ESP ( « Electronic Stability Program » ) permet quant à lui d’améliorer l’adhérence et la trajectoire de la voiture, notamment dans des conditions difficiles (quand le sol est mouillé par exemple). Ce système détecte ainsi un coup de volant qui lui semble anormal et analyse de façon instantanée, bien plus rapidement qu’un être humain, la situation à laquelle vous êtes exposé : perte de contrôle du véhicule, virage mal négocié, etc…
 

Existent également l’ASR, qui est un système électronique d’anti-patinage, et l’EBD, qui module la puissance de freinage des roues.
 

Grâce à ces trois systèmes, la sécurité du conducteur est grandement améliorée quand il route à grande vitesse sur une autoroute et/ou lorsque les conditions météorologiques sont mauvaises. S’ils constituent une aide précieuse, ils ne dispensent cependant pas le conducteur de rester extrêmement vigilant durant ses différents trajets.
 

Le frein à main

Dans la plupart des cas, le frein à main est utilisé lorsque le véhicule est arrêté. Il sert à garantir une absence de mouvement. Quand une voiture est garée en pente, il peut être utile de passer la première vitesse pour assister le frein à main (charge au conducteur de ne pas l’oublier quand il redémarrera : sans cela, la voiture cale).

A noter que dans le cas des voitures dotées d’une boîte de vitesses automatique, la position « P » bloque le train d’engrenage. Elle remplit donc la même fonction que le frein à main. Sauf si vous êtes amené à garer l’automobile dans une très forte pente, il n’est dès lors pas nécessaire de l’utiliser en plus.
 

Le frein à main peut également être sollicité dans des cas de conduite particuliers, notamment lors d’un démarrage en côte. Enfin, il peut être actionné en cas de dysfonctionnement des freins principaux.
 

Le fonctionnement

Pour stopper la voiture, le frein à main repose sur le même principe que le frein hydraulique. Un système de disques ou de tambours bloque ainsi le mouvement des roues (dans ce cas, il s’agit généralement des roues arrière).

C’est un câble qui permet d’utiliser ce système de freinage, qui sollicite également les plaquettes, qui entrent en contact avec les disques.

Le frein moteur

S’il fait partie du système de freinage, il se différencie du système hydraulique ou du frein à main. Ici, ce n’est pas un équipement à part entière qui est sollicité, mais la réalisation d’un phénomène mécanique dicté par le moteur.

Avec le frein moteur, la sensation de ralentir s’effectue par le simple fait de relâcher la pédale d’accélération. Quand cela est le cas, la puissance dont a besoin le moteur pour pouvoir accélérer n’est plus disponible, tout simplement parce qu’il est temporairement privé de carburant.

De manière générale, tous les conducteurs utilisent le frein moteur, même s’ils n’en ont pas forcément conscience. Ils le font principalement dans les fortes descentes, afin de limiter la prise de vitesse.
 

 Il ne faut pas perdre de vue qu’en 1  ère , 2  ème et 3  ème vitesse, le frein moteur se ressent nettement et de façon intense. Quand le véhicule roule plus rapidement, donc avec des rapports plus élevés, il est moins perceptible.

Le frein moteur constitue une aide à la conduite appréciable, car il permet de moins solliciter le système de freinage hydraulique et donc de ménager ses plaquettes et ses disques.
 

Les problèmes de frein

Il n’est pas exceptionnel qu’une voiture rencontre des problèmes relatifs au freinage. Il convient bien entendu de rester particulièrement vigilant si vous constatez une baisse d’efficacité dans ce domaine ou si des symptômes bien particuliers se manifestent.
 

Dans ce cas de figure, la meilleure chose à faire est de se rendre sans attendre dans un centre First Stop. Pour un excellent rapport qualité-prix, nos professionnels établissent un diagnostic complet et procèdent le cas échéant à une réparation ou un à un remplacement de pièces. Il s’agit de la meilleure solution pour ne pas laisser perdurer une anomalie qui peut avoir des conséquences potentiellement graves.
 

Un manque de liquide de frein

Si le liquide de frein n’est pas présent en quantité suffisante, une défaillance du système intervient. Lorsque vous appuyez dans ce cas sur la pédale, vous rencontrez moins de résistance que d’ordinaire, et la qualité du freinage se trouve altérée.
 

Certains signes permettent de déterminer que du liquide doit être ajouté :
 

- Sur le tableau de bord, il existe un voyant prévu à cet effet. Il est généralement le même que celui du frein à main: un cercle au centre duquel on trouve un point d’exclamation, avec, à gauche et à droite, deux arcs de cercle continus.

Quand ce témoin se manifeste, rendez-vous dans un garage First Stop le plus rapidement possible pour faire contrôler le niveau du liquide. S’il est présent en quantité suffisante, un souci au niveau du capteur n’est pas à écarter.
 

- Si, lorsque vous freinez, le véhicule se déporte anormalement, il s’agit d’une piste à explorer.
 

Logiquement, après une mise à niveau du liquide, le véhicule doit retrouver des conditions de freinage optimales. Néanmoins, si le voyant apparaît à nouveau rapidement après, il existe sans doute une fuite dans le système.

BESOIN DE FAIRE UN DEVIS ?

Votre devis personnalisé en quelques clics.