Les durites de frein

Durites de frein : rôle et fonctionnement

Les durites de frein, également connues sous le nom de flexibles de frein, sont des éléments essentiels du système de freinage. Sans elles, il n’est tout simplement pas possible de freiner. Leur rôle, que nous allons développer plus en détail, est de conduire le liquide de frein dans l’ensemble du dispositif.

Si, pour une raison ou pour une autre, elles venaient à être défaillantes, c’est la qualité du freinage qui serait remise en cause, avec tous les dangers que cela implique.

 

Les durites de frein doivent être contrôlées et changées régulièrement. Cela n’est pas à la portée du premier venu, et mieux vaut être un professionnel de la mécanique pour se lancer dans une telle opération. Une expertise erronée ou une mauvaise manipulation pourrait en effet avoir des conséquences graves.

 

Dans ces conditions, mieux vaut faire contrôler les durites par l’un des garagistes des centres First Stop. Il en est également de même si vous constatez certains signes annonciateurs d’une défaillance à ce niveau-là. Nos techniciens maîtrisent sur le bout des doigts l’ensemble du dispositif de freinage : en cas d’anomalie, ils possèdent toutes les qualifications nécessaires pour cerner l’origine du problème et y apporter la solution appropriée.

durite

Le système de freinage

Pour bien comprendre le rôle des flexibles de frein, il est indispensable de maîtriser le fonctionnement du système dans son ensemble. En effet, nous savons tous que pour freiner, il convient d’exercer une pression sur la pédale prévue à cet effet. Mais la plupart d’entre nous ignorent quel est le mécanisme qui s’enclenche à ce moment-là.

 

L’efficacité du freinage est une notion qui est susceptible d’être influencée par certains paramètres. Parmi ceux-ci, citons la vitesse au moment du freinage, le poids de la voiture, ainsi que la qualité et l’usure des matériaux utilisés.

Lorsque l’on freine, la friction de plusieurs éléments entraîne des températures extrêmement importantes, qui peuvent facilement atteindre les 800°.

L’importance de la pression hydraulique

 

Tous les éléments qui composent le dispositif de freinage sont liés les uns aux autres, et c’est la pression hydraulique qui les fait fonctionner. De manière volontairement simplifiée mais exacte, quand le conducteur utilise sa pédale, le liquide de frein est poussé dans les flexibles jusqu’aux cylindres de roues (dans le cas de freins à tambours) ou jusqu’aux étriers (pour les freins à disques, majoritairement répandus aujourd’hui).

 

Les canalisations fonctionnent en circuits croisés : le premier aliments la roue avant gauche et la roue arrière droite, et le second les deux autres. Ceci est indispensable pour conserver le système de freinage équilibré en cas de dysfonctionnement de l’un des deux circuits.

 

Grâce à la pression hydraulique, les plaquettes de frein entrent en contact avec les disques (ou les segments avec les tambours). Dès lors, la friction diminue la vitesse de rotation de la roue, et le véhicule freine.

Les durites de frein

Ces pièces sont constamment utilisées lorsque nous conduisons. Elles sont sollicitées lorsque nous freinons et prennent la forme d’un tuyau en caoutchouc.

 

Leur rôle

 

On l’a compris, la pression hydraulique transmet la pression exercée sur la pédale de frein vers les étriers, sur lesquels sont fixées les plaquettes. Pour circuler, le liquide de frein a naturellement besoin d’un réceptacle, qui est précisément la durite de frein.

 

Si les flexibles sont en caoutchouc, c’est parce qu’ils doivent être suffisamment souples pour absorber les mouvements et ainsi éviter une rupture forcément grave dans le circuit de freinage. Malheureusement, les durites ont les défauts de leurs qualités : c’est justement parce qu’elles sont souples qu’elles sont fragiles. Il est donc impératif de vérifier régulièrement leur état.

 

Une pièce d’usure

 

Une durite de frein n’a donc pas une durée de vie illimitée. Elle peut être endommagée si elle est en contact prolongé avec une pièce mécanique de la voiture. Les conditions climatiques jouent également un rôle dans une éventuelle détérioration. La neige et le sel, notamment, peuvent les abîmer.

 

Ainsi, il est conseillé de faire contrôler l’état des durites par un professionnel, si possible une fois par an et à la fin de l’hiver, après qu’elles ont été soumises à des conditions particulièrement défavorables.

Les symptômes

 

Le système de freinage est suffisamment important pour ne pas rester inactif en cas de signes de défaillance. En ce qui concerne les durites de frein, voilà ce qui doit vous alerter et vous inciter à solliciter l’expertise d’un garagiste d’un centre First Stop :

 

- La distance de freinage est plus longue que d’ordinaire ;

- Quand vous freinez de façon intense, la voiture a tendance à se déporter, voire à déraper ;

- Le freinage s’accompagne de bruits inhabituels ;

- La pédale de frein n’a pas la même résistance qu’à l’accoutumée. Des vibrations peuvent se faire ressentir ;

- Une fuite du liquide de frein est visible.

L’indispensable savoir-faire de First Stop

Tous les véhicules ne sont pas équipés du même nombre de flexibles. Ils sont entre trois et huit en fonction des modèles. Il est important de savoir qu’en règle générale, on ne se contente pas de remplacer une seule durite : en effet, un changement s’accompagne d’une vidange du liquide de frein. Or, cette manœuvre est plus aisée si elle est faite concomitamment avec le remplacement de l’ensemble des flexibles.

 

Voici ce que va effectuer le technicien de chez First Stop dans le cadre de cette opération. Comme vous allez le constater, il est illusoire de vouloir le faire soi-même.

 

- La voiture est surélevée et on enlève les roues de l’essieu concerné ;

 

- La durite est nettoyée de ses poussières, et une bassine est placée de chaque côté de ses extrémités, afin d'éviter un écoulement ;

 

- Après avoir inspecté et analysé le cheminement de la durite, il faut la démonter. Il est judicieux de débuter cette opération par la partie reliée à la voiture, puis ensuite de conclure avec celle solidaire de l’étrier ;

 

- Il faut s’assurer que la longueur du nouveau flexible est compatible avec l’ancienne ;

 

- La durite neuve est raccordée d’abord à l’étrier, ensuite à la voiture ;

 

- Il convient d’être certain que lorsque les roues sont droites, le flexible n’est pas en contact avec elles ;

 

- Le maître-cylindre contient certainement un peu de liquide de frein, dont il faut le débarrasser ;

 

- L’ensemble du liquide de frein présent dans le réservoir est purgé puis remplacé.

BESOIN DE FAIRE UN DEVIS ?

Votre devis personnalisé en quelques clics.