Pression des pneus de voiture : pourquoi il est recommandé de la vérifier régulièrement

Vérifier régulièrement la pression des pneus de sa voiture est un réflexe que chaque conducteur devrait avoir. Malheureusement, nous sommes ici dans la théorie, car en pratique, la majeure partie des automobilistes n’ont pas ce réflexe. On ne peut que le regretter, car des pneus qui ne sont pas gonflés à la bonne pression n’assurent pas des conditions de sécurité optimales.

 

Comme nous le verrons, la vérification de la pression des pneus d’une voiture n’est pas une opération anodine. Plusieurs facteurs entrent en jeu pour pouvoir le faire dans de bonnes conditions et obtenir des résultats fiables.

En cas de doute, n’hésitez surtout pas à vous rendre dans l’un des garages First Stop. Nos techniciens sont à votre disposition pour contrôler le gonflage de vos pneumatiques, apporter des modifications si nécessaire ou déceler une éventuelle anomalie.

 

Que ce soit pour vos trajets quotidiens ou avant un départ en vacances, faites confiance à First Stop pour une conduite sereine.

 

Quelle est la pression recommandée des pneus d’une voiture ?

 

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, il n’existe pas de réponse universelle à cette question. La pression de gonflage moyenne d’une voiture dépend de bon nombre de paramètres, comme le poids de celle-ci, l’usage que l’on en fait...

 

Quoi qu’il en soit, une « bonne » pression est celle qui est indiquée par les constructeurs du véhicule et des pneus, afin de garantir des conditions de sécurité optimales en fonction de la charge supportée par la voiture.

Quand augmenter la pression des pneus ? On ne devrait pas évoquer une seule bonne pression, car cette dernière diffère généralement selon que l’on parle de l’avant ou de l’arrière. Ainsi, avant un départ en vacances par exemple, le coffre est encombré de bagages, ce qui rajoute un poids certain à l’arrière. Dès lors, il est recommandé d’augmenter la pression d’une voiture chargée sur les pneus situés à cet endroit.

Où trouver la bonne pression des pneus ?

Dans la totalité des cas, l’information de la pression recommandée figure dans le carnet de bord du véhicule, généralement placé dans la boîte à gants. Mais elle est également située à un autre endroit, qui diffère selon les marques et les modèles. Cela peut être sur le clapet du réservoir de carburant ou bien à l’intérieur de la portière conducteur, sur l’arête, pour ne citer que les cas les plus fréquents.

 

L’étiquette concernée comprend les informations suivantes :

 

  • La pression recommandée à l’avant et à l’arrière en faible charge (peu de bagages et une ou deux personnes dans l’habitacle) ;

  • La pression idoine à l’avant et à l’arrière lorsque les occupants sont nombreux et/ou les bagages imposants.

  • La pression souhaitée pour la roue de secours, si toutefois le véhicule en est doté, figure également sur l’étiquette.

 

Le tableau de pression d’air, qui donne ces indications, comprend des dessins qui le rendent facile à lire et à décrypter.

Les conséquences d’une pression inadaptée

Nous l’avons dit, la majeure partie des automobilistes ne procèdent pas assez régulièrement à une vérification de la pression des pneus de leur voiture (la mesure de pression, naturellement, s’exprime en bars).

 

Dès lors, un grand nombre d’entre nous roulent avec des pneus sous-gonflés. Ceci n’est pas sans conséquences, loin s’en faut...

 

  • Le freinage est moins efficace. Un même véhicule peut facilement prendre dix mètres de plus pour s’arrêter si ses pneumatiques sont dans ce cas ;

  • L’adhérence ne se fait pas de façon optimale, notamment dans les courbes et les virages. En cas de pluie, le risque d’aquaplaning est plus important ;

  • Un seul bar de différence avec la pression idéale équivaut environ à un plein supplémentaire par an : la consommation de carburant est donc nettement plus importante ;

  • Le risque d’éclatement d’un pneu sous-gonflé est élevé. Or, quand cela se produit à grande vitesse, cela peut avoir des conséquences potentiellement graves.

  • Un pneu sous-gonflé a tendance à s’user plus rapidement sur les côtés. On parle dans ce cas d’une « usure en rond ».

 

 

Le surgonflage n’est pas non plus une solution

Face aux potentielles conséquences listées plus haut, il pourrait être tentant d’augmenter la pression des pneus bien au-delà de ce qui est stipulé par le constructeur. Ce serait une erreur, car les risques sont exactement les mêmes dans ce cas.

 

L’une des différences importantes est qu’un pneu surgonflé est en quelque sorte plaqué sur le revêtement des diverses routes. Il s’use donc au niveau de la bande de roulement, qui est justement la partie en contact avec le sol.

Quelques conseils pratiques

La vérification et l’ajustement de la pression des pneus n’est pas aussi simple que l’on pourrait le penser de prime abord. Mieux vaut connaître certaines règles pour ne pas commettre d’impairs...

 

  • La pression se vérifie et se modifie si nécessaire sur un véhicule à froid. Pour être dans ce cas, il ne doit pas avoir circulé depuis au moins deux heures, ou bien sur moins de 3 kilomètres et à faible allure.

  • Si jamais vous effectuez une mesure à chaud, il faut alors ajouter 0,3 bar à la pression recommandée sur l’étiquette. En effet, une mesure par exemple de 2,4 bars à chaud va avoir tendance à baisser lorsque le pneu retrouvera sa température de repos. Il faut donc compenser cette « fausse » mesure en rajoutant un peu de pression.

  • Il ne faut jamais dégonfler un pneu chaud. Ainsi, si vous constatez une pression trop importante après avoir roulé de nombreux kilomètres, vous n’avez pas le choix : il vous faut très prudemment reprendre votre route et ajuster la pression quand le véhicule sera froid.

  • Il faut savoir que les températures ont également une influence sur la pression du pneu. Ainsi, lorsque celles-ci sont particulièrement fraîches, il est conseillé d’ajouter 0,2 bar par rapport à ce qui est stipulé par le constructeur.

  • En cas de long trajet sur l’autoroute, supérieur à deux heures, vous pouvez ajouter 0,3 bar de pression.

  • Si vous remorquez une caravane, les pneus de celle-ci se gonflent à 3 bars si vous ne disposez pas d’indication spécifique. Les pneus arrière de la voiture qui tracte doivent voir leur pression modifiée, en ajoutant 0,4 bar par rapport à la normale.

Vous voulez en voir plus ? Retour à tous les Conseils pneus