voyant pollution

Voyant pollution d'une voiture : que faire quand il s'allume ?

Le voyant pollution (ou antipollution) d’une voiture se situe sur le tableau de bord. Il est normalement éteint, sauf lorsque l’on met le contact. S’il s’allume alors que le véhicule est en train de rouler, cela signifie qu’une anomalie a été détectée. Il peut néanmoins se manifester de plusieurs manières (de façon fixe, en clignotant), et chacune d’elles a sa propre signification.

Il convient quoi qu’il en soit de ne surtout pas prendre cette alerte à la légère. Si l’on n’y prend pas garde, cela peut dans certains cas occasionner des dégâts irréversibles. Nos techniciens possèdent toutes les compétences requises pour déterminer avec exactitude l’origine du problème et surtout y remédier.

voyant

Présent sur le tableau de bord de tous les véhicules récents : il s’agit d’un témoin lumineux de couleur jaune, qui représente un moteur.
Alors que les enjeux environnementaux sont de plus en plus importants, les constructeurs automobiles sont tenus de commercialiser des véhicules peu polluants. Ceux-ci doivent ainsi impérativement respecter les normes européennes en vigueur et produire des voitures respectueuses de l’environnement, qui ne dépassent pas un certain niveau de taux d’émission.

Ainsi, depuis septembre 2015, l’ensemble des nouvelles voitures doivent respecter la norme Euro 6. Pour cela, elles sont équipées d’un système antipollution. Mais ce système, au fil des mois et des kilomètres, peut connaître des défaillances. C’est à ce moment-là que le voyant anti pollution apparaît.
Le signal fait partie des plus connus parmi ceux susceptibles d’apparaître sur le tableau de bord. Mais  s’il est facilement identifiable (le logo du moteur est reconnaissable au premier coup d’œil), il n’est pas toujours évident de l’interpréter de la bonne façon.

Le système de dépollution

Qu'est-ce que le système anti pollution ? Son objectif est de vérifier que lorsque le moteur fonctionne, la quantité d’émissions polluantes émise reste bien inférieure au seuil maximal autorisé. Les véhicules de tourisme, les utilitaires, les poids lourds et les motos sont tous tenus de respecter les normes antipollution.
Les émissions sont produites lors de deux phases distinctes : la phase de combustion et la phase de post combustion, durant lesquelles différents éléments entrent en jeu.

 

Durant la phase de combustion


- Le capteur de pression de l’air
Pour limiter au maximum l’émission de polluants, la combustion doit être efficace. Il faut pour cela qu’il y ait dans le moteur la bonne proportion air/carburant. Le rôle de ce capteur est de mesurer la quantité d’air aspirée par le moteur.

- Le capteur de température du liquide de refroidissement
Il a pour fonction de déterminer la température du moteur. Mais si cette valeur est erronée, cela peut amener à une augmentation du mélange air/carburant, ce qui n’est pas optimal pour la combustion et occasionner le rejet de fumées noires.

- Le capteur Point Mort Haut (PMH)
Grâce à la position des pistons, il informe le calculateur pour que ce dernier puisse déterminer le régime moteur et ainsi adapter l’injection de carburant qui convient.

- La sonde
Elle se situe en amont du catalyseur et détermine si les trois éléments cités ci-dessus fonctionnent correctement. En contrôlant la teneur en oxygène des gaz brûlés, elle permet de définir s’il existe une défaillance liée à la combustion (c’est le cas si la teneur en oxygène est trop élevée).



 

Durant la post combustion
 

- La vanne EGR
Elle empêche les gaz toxiques comme l’oxyde d’azote d’être rejetés dans l’atmosphère, en les réacheminant dans la chambre de combustion. Ils sont ainsi brûlés une deuxième fois.

- La sonde à oxygène post-catalyseur
Dans les moteurs essence, elle a pour fonction de déterminer le taux d’oxygène après le pot catalytique.

- La sonde de pression différentielle
Dans les moteurs diesel, il s’agit d’un capteur qui mesure une différence de pression au niveau du filtre à particules, entre la sortie et l’entrée de ce dernier.

 

Un signal à prendre très au sérieux

Il est important de savoir que le voyant pollution doit immédiatement interpeler le conducteur. Pas question de remettre à plus tard le problème, car il s’agit d’un signal qui incite à la vigilance la plus extrême.
Reste que le voyant peut se manifester sous diverses formes : il peut clignoter, être allumé en permanence, s’allumer puis disparaître. A chacun de ces cas de figure correspond une interprétation différente, qu’il est indispensable de connaître. Ce qui suit devrait vous permettre d’y voir plus clair.

N.B : Selon la marque du véhicule, le logo peut être accompagné du mot « check » ou encore de la mention « check engine » (ce qui signifie en français « vérification moteur »), situé à l’intérieur ou à l’extérieur du dessin.
De même, il peut arriver que le voyant se décline en deux couleurs : orange et rouge. La première est un signal d’alerte, qui signifie que la voiture doit être inspectée par un professionnel le plus rapidement possible. La deuxième est en revanche un signal d’alarme, qui indique potentiellement un problème grave. Dans ce cas, il convient de garer immédiatement le véhicule et de contacter une dépanneuse.

 

Le voyant s’allume puis s’éteint

En règle générale, il n’y a pas d’urgence absolue dans ce cas précis. Une anomalie a été détectée, mais elle ne met pas en péril le système antipollution.
Cela ne vous exempte pas pour autant de vous rendre dans un centre First Stop pour en avoir le cœur net. Il s’agit du meilleur moyen pour continuer à rouler sereinement et éviter un problème plus important susceptible de se produire à plus ou moins brève échéance.

Le voyant reste allumé

Ici, il y a un défaut permanent dans le système antipollution. Il s’agit d’une alerte sérieuse, qui nécessite de se rendre le plus rapidement dans un centre First Stop.

Attention : Il faut être particulièrement vigilant si, lorsque le voyant antipollution est allumé, les performances de la voiture sont altérées. Cela signifie que l’ordinateur juge le problème suffisamment sérieux pour mettre le véhicule en mode « dégradé ». Le conducteur constate alors une évidente perte de puissance, qui a pour but d’éviter une casse moteur.
Dans ce cas précis, rendez-vous dans l’un de nos centres. 

Le voyant clignote

Il s’agit du cas le plus extrême, qui ne laisse pas d’autre choix que de stopper immédiatement le véhicule, en prenant garde bien sûr de ne pas constituer un danger pour les autres usagers.
C’est sans doute le pot catalytique qui est responsable de l’alerte, car il est en surchauffe et défaillant. Si vous continuez à rouler, il existe un risque réel qu’un incendie se déclenche sous la voiture, et qu’il se propage à l’habitacle.

Faites confiance à First Stop

Vous l’aurez compris, un voyant pollution qui s’allume est un problème beaucoup trop important pour le régler soi-même. Cela peut avoir des conséquences désastreuses pour le véhicule, allant jusqu’à une casse moteur, voire se révéler dangereux pour le(s) occupant(s) de la voiture.
Les techniciens des centres First Stop disposent de toutes les compétences pour faire face à ce genre de situation. Si le voyant pollution s’allume ou clignote, ils savent parfaitement identifier l’origine du problème et le résoudre.