Voyant liquide de refroidissement 

Voyant du liquide de refroidissement : que faire quand il s'allume ?

Le voyant du liquide de refroidissement est présent sur le tableau de bord des véhicules. Quand il s’allume, il ne faut surtout pas prendre l’alerte à la légère. Au contraire, il est impératif de réagir sans tarder. Sans aucune action de votre part, cela pourrait entraîner une surchauffe du moteur, qui aurait des conséquences graves et extrêmement coûteuses si certaines pièces de ce dernier étaient endommagées.

En cas de problème, il faut être extrêmement prudent avant d’approcher le liquide de refroidissement. C’est pourquoi il est indispensable de faire appel à des professionnels, qui savent prendre les précautions adéquates avec cet élément, nécessaire au bon fonctionnement de votre véhicule.


 

Le rôle du liquide de refroidissement

Ce liquide est l’élément de base du système de refroidissement de votre voiture. Sa fonction est essentielle, puisqu’il permet de refroidir la température du moteur. Sans lui, il existe des risques de surchauffe, dont les conséquences peuvent aller de très graves à irrémédiables.

Un moteur automobile génère des températures élevées. C’est notamment le cas quand la voiture est à l’arrêt ou au contraire qu’elle monte dans les tours. Mais les différentes pièces du véhicule ne sont pas conçues pour résister, sur une longue durée, à des températures extrêmes. Il est donc vital, pour la longévité de la voiture, de refroidir ces différents éléments.
La température « idéale » pour un moteur varie en fonction des modèles, mais en règle générale, on estime qu’elle doit être comprise entre 75 et 90° environ.

En outre, la combustion dans les cylindres crée également des calories, que le moteur n’est pas capable d’évacuer. C’est le rôle du circuit de refroidissement d’acheminer ces callosités vers le radiateur afin qu’elles puissent être expulsées.

 

La composition du liquide de refroidissement

Le liquide de refroidissement est composé de trois actifs principaux. Ses caractéristiques lui permettent de ne pas bouillir à 100°, comme l’eau, mais également de ne pas geler avant (au moins) les -20°. C’est la capacité du liquide à résister à des températures extrêmes, dans un sens comme dans l’autre, qui lui confèrent cette capacité à maintenir constante la température du moteur.

- A 48%, le liquide de refroidissement est composée d’eau traitée. Son rôle est évidemment essentiel, puisqu’elle permet d’éviter au moteur de la voiture toute surchauffe.

- A 48% également, il est composé d’antigel. Même en cas de conditions climatiques très froides, le circuit est ainsi protégé du gel. Ceci est particulièrement important, car la glace occupe plus d’espace que l’eau : en cas de gel, les durites sont susceptibles d’exploser, et la pompe à eau, logiquement, ne peut pas fonctionner.

- Enfin, le dernier élément est présent à 4%. Il s’agit d’un anticorrosif, qui protège les parties métalliques du moteur de la corrosion.

 

Le circuit de refroidissement

Plusieurs éléments composent le circuit de refroidissement. Outre le liquide, on peut citer le radiateur, le radiateur de chauffage, le calorstat (qui régule la température), les durites, le ventilateur et la sonde de température.

Quand le moteur démarre, le calorstat est fermé et le liquide de refroidissement fonctionne en circuit réduit, ce qui donne la possibilité au moteur d’atteindre sa température idéale. Une fois celle-ci atteinte, le calorstat s’ouvre, et le liquide de refroidissement circule dans l’intégralité du circuit. Ainsi, le liquide à température élevée passe par le radiateur, qui contribue à le refroidir avec l’air en provenance de l’extérieur.

voyant liquide

Comment interpréter ce voyant ?

Ce voyant est facilement reconnaissable sur le tableau de bord. Il représente un thermomètre tenu à la verticale, qui surplombe deux petites vagues.
Lorsqu’il s’allume, cela signifie que les capteurs du véhicule indiquent que la température du liquide devient trop élevée, ce qui entraîne une surchauffe du moteur. De manière concrète, la chaleur provenant de la combustion n’est plus évacuée de façon efficiente par le système de refroidissement.
Les conséquences peuvent être très graves, allant d’une usure prématurée de certaines pièces jusqu’à une casse moteur. En terme de coûts, les dégâts peuvent être spectaculaires, et c’est pourquoi il convient de faire preuve d’une prudence extrême quand le voyant se manifeste.

Les pièces du moteur susceptibles d’être affectées par une température trop élevée sont :
- La culasse
- Le joint de culasse
- La pompe à eau
- Les bielles tordues
- Le vilebrequin
- La synchronisation du cylindre et du piston

Il peut arriver que le voyant du liquide de refroidissement s’allume et s’éteigne alternativement. Ceci est souvent dû à la sonde dotée du capteur qui mesure le niveau du liquide. Soit celle-ci peine à mesurer la quantité de liquide présente (c’est notamment le cas dans les embouteillages ou lorsque les à-coups sont fréquents), soit elle est défectueuse et se manifeste de façon aléatoire.

Enfin, si le voyant du liquide de refroidissement clignote, il est possible à nouveau que la sonde en soit responsable, au niveau du vase d’expansion. Il s’agit d’un problème électronique sur le circuit de refroidissement.

Il est important de faire procéder à intervalles réguliers à une vidange du liquide de refroidissement, car celui-ci perd peu à peu ses propriétés. Elle est en général nécessaire tous les 60.000 kilomètres, ou tous les deux à quatre ans.

Les autres symptômes
 

En fonction de l’âge et de l’état de votre véhicule, il est possible que le moteur soit en souffrance avant même l’apparition du voyant. C’est pourquoi il est important d’être attentif à certains signes avant-coureurs.

- L’indicateur de température. Si vous connaissez bien votre véhicule, vous savez quelle est la position « normale » de l’aiguille de cet indicateur. Si vous constatez qu’elle commence à osciller vers le rouge, arrêtez-vous le plus rapidement possible.

- Une consommation d’essence anormalement élevée. Quand votre moteur est à la bonne température, la combustion se fait efficacement, ce qui limite la consommation de carburant. Mais en cas de surchauffe, l’essence ne brûle plus aussi efficacement. Les émissions du pot d’échappement augmentent, et le nombre de kilomètres parcourus par litre d’essence diminue. Si vous le constatez, faites vérifier le niveau du liquide de refroidissement et l’indicateur de température.

- Une anomalie du chauffage. Le chauffage de l’habitacle de votre véhicule provient de la même chaleur résiduelle du moteur qui est récupérée par le système de refroidissement. Si ce chauffage ne fonctionne plus ou s’il envoie en permanence de l’air chaud alors qu’il est réglé sur froid, cela doit vous alerter.


 

 Que faire si le voyant s’allume ?

Si la lumière rouge du voyant du liquide de refroidissement apparaît, la conduite à tenir est simple : il faut stopper le plus rapidement possible le véhicule (en prenant garde, bien entendu, de ne pas constituer un danger pour soi-même ou les autres usagers).

Puis, il faut ouvrir le capot afin de laisser le temps au liquide de refroidir. Attention : le conducteur ne doit jamais ouvrir le bouchon du réservoir de liquide de refroidissement. Mis sous pression, ce dernier pourrait jaillir de façon importante à l’ouverture et occasionner de très sévères brûlures si une personne venait à être touchée.

Quand le liquide a suffisamment refroidi, il est alors possible de contrôler le niveau, puis de vérifier qu’il n’y a pas de fuite ou qu’aucune partie du moteur n’ait été sévèrement endommagée par la surchauffe. Si vous n’êtes pas un professionnel, il est conseillé de faire appel à une dépanneuse, qui vous emmène alors dans l’un des centres First Stop se trouvant à proximité.

Une surchauffe du moteur est une alerte suffisamment sérieuse pour qu’elle soit confiée à nos spécialistes, qui possèdent toute l’expérience et tout le savoir-faire nécessaire pour la traiter efficacement. Pour cela, ils sont notamment capables de déterminer avec certitude ce qui a provoqué l’incident.

Les causes possibles


Pourquoi mon voyant de température s’allume ? Il existe plusieurs explications possibles à une surchauffe du moteur. Encore une fois, inutile de se lancer dans un diagnostic hasardeux lorsque l’on n’est pas soi-même un professionnel en la matière. Faites confiance à un expert pour déterminer avec certitude la cause de l’anomalie.
Voici les principales raisons qui amènent un moteur à surchauffer :

- Un manque de liquide de refroidissement : c’est la cause la plus évidente. Si le circuit de refroidissement est en manque de son précieux liquide, la circulation se fait de façon moins efficace et le fait que le liquide soit présent en moindre quantité l’amène à chauffer.
Si, après avoir fait l’appoint, le niveau baisse à nouveau rapidement, c’est qu’il y a une fuite dans le circuit ou bien encore qu’un joint de culasse est hors d’usage (il n’est plus étanche et laisse échapper le liquide de refroidissement). Si vous vous demandez comment localiser une fuite de liquide de refroidissement, mieux vaut faire appel à l’œil avisé d’un expert.

- Un défaut de pompe à eau. Si le liquide de refroidissement ne circule plus dans le circuit, l’apport en eau refroidie est forcément insuffisant. Il en découle logiquement une surchauffe du moteur.

- Un problème de radiateur. Si le ventilateur de celui-ci ne fonctionne pas, le liquide n’est plus refroidi et grimpe, lentement mais sûrement, en température.
Dans un autre ordre d’idée, il peut arriver que le radiateur soit à ce point encrassé que le contact avec l’air est réduit. Le refroidissement n’est alors plus optimal. Cela est susceptible d’arriver, mais il faut que le niveau de saleté soit excessivement important, ce qui est facilement vérifiable.