VIDANGE BOITE DE VITESSE

Le rôle de la boite de vitesse

Tous les véhicules sont équipés d’une boite de vitesse. Nous connaissons tous l’expression « passer les vitesses », mais sans forcément comprendre le rôle exact de cette fameuse boite. Sa fonction est en fait de transmettre aux roues la puissance produite par le moteur du véhicule, en modifiant la démultiplication entre ces deux éléments. Elle ressemble au système de plateau et dérailleur que l’on retrouve sur bon nombre de vélos.

En permettant d’accroître les possibilités de rotation des roues, la boite de vitesse autorise le véhicule à rouler à faible allure comme atteindre des vitesses très élevées.

Les deux types de boites de vitesse


- La boite de vitesse la plus courante en France, celle que l’on retrouve sur le plus grand nombre de voitures, est la boite manuelle (BVM). Elle comprend cinq ou six rapports, en fonction du véhicule, qui s’enclenchent lorsque le conducteur exerce une pression sur la pédale d’embrayage et utilise le levier de vitesse. C’est donc la seule intervention du conducteur qui permet de passer les vitesses.

Elle possède certains avantages évidents : elle est moins chère que sa consœur décrite ci-après, et les réparations sont moins compliquées et donc moins coûteuses. Elle est également synonyme d’économie de carburant, car dans ce cas, le conducteur décide seul de la conduite : on estime cette économie à environ 10% de dépenses en moins.

Du côté des inconvénients, elle est moins facile à prendre en main, et elle est certainement plus contraignante à utiliser. Cela est notamment le cas en ville, dans le trafic, où les ralentissements sont fréquents.

- L’autre boite de vitesse est automatique (BVA) : c’est un mécanisme qui passe les vitesses à la place du conducteur, qui n’a rien à faire. Ici, il n’y a pas de pédale d’embrayage. Notons qu’il existe la BVA robotisée, la plus répandue, et la BVA à double embrayage, qui concerne les voitures très puissantes et hauts de gamme.

Du point de vue des atouts, elle est synonyme de confort évident : la conduite est plus souple, principalement dans les embouteillages, et les deux mains peuvent être maintenues en permanence sur le volant. Aujourd’hui, les boites de vitesse automatiques ont énormément gagné en fiabilité.

En ce qui concerne ses défauts, elle est plus chère que la boite manuelle : c’est le cas à l’achat et également à l’usage, en raison d’une consommation de carburant plus importante. Enfin, si la boite ne comporte pas de position manuelle, il est impossible d’avoir recours au frein moteur, ce qui a un impact sur les plaquettes de frein.

bva

En quoi consiste la vidange ?

Une boite de vitesse se compose d’une multitude d’engrenages qui s’emboîtent ou se déboîtent quand nous passons une vitesse. L’ensemble de ces pièces sont plongées dans l’huile, ce qui leur permet de ne pas rentrer directement en contact les unes avec les autres. Grâce à cette huile, une fine pellicule est appliquée entre les pignons.

Sans l’huile, il y aurait un frottement entre les divers éléments métalliques, ce qui aboutirait à leur usure prématurée, voire à une casse si la situation devait perdurer. Une boite de vitesse bien lubrifiée est donc une boite de vitesse qui voit sa longévité maximisée.

La vidange de la boite de vitesse automatique ou manuelle consiste à changer l’huile de la boite. En effet, et contrairement à une idée parfois répandue, celle-ci n’a pas une durée de vie illimitée. Ainsi, à force d’être en contact avec les différents éléments, l’huile se charge en minuscules limailles de fer. Au fil des kilomètres, l’huile perd en viscosité, et c’est son efficacité qui est remise en cause.

Quand faut-il faire la vidange ?

Une vidange de boite de vitesse n’est pas aussi courante que celle de l’huile moteur. Le type de transmission, automatique ou manuelle, a une influence directe sur la périodicité. Quoi qu’il en soit, les chiffres ci-après sont donnés à titre indicatif : pour savoir avec certitude quand faire cette vidange, c’est le carnet d'entretien du véhicule qui fait foi en la matière.

- Pour les boites automatiques, il est en général recommandé de procéder à la vidange tous les 25.000 à 50.000 kilomètres. Tout dépend de la marque et du modèle du véhicule.

- Pour les boites manuelles, il est d’usage de faire une vidange quand le seuil des 100.000 kilomètres est atteint. Puis, il convient de réitérer l’opération tous les 50.000 kilomètres, ou à défaut tous les cinq ans si vous roulez relativement peu.


Quoi qu’il en soit, une boite de vitesse qui fonctionne avec une huile devenue défectueuse est synonyme de problèmes. Si l’on n’y prend pas garde, une casse est susceptible de survenir, et ses conséquences, d’un point de vue financier, sont importantes. Il est donc primordial de confier cette opération à l’un des techniciens de nos centres First Stop : en se référant aux préconisations du constructeur, il procède à la vidange et vous voilà reparti pour une longue période de tranquillité.

La vérification du niveau d’huile

Comment vérifier le niveau d’huile de la boite de vitesse ? Il est possible de procéder à cette mesure afin de déterminer si elle est présente en quantité suffisante. Il s’agit d’un examen important, car si cela n’est pas le cas, les différentes pièces ne sont pas suffisamment lubrifiées et peuvent subir des dommages.
Sachez qu’il est évidemment possible de faire vérifier ce niveau dans l’un des garages First Stop : c’est la meilleure méthode pour ne pas commettre d’impair et ainsi aboutir à une information erronée.

Il arrive parfois qu’un sifflement se fasse entendre depuis la boite de vitesse. Le réflexe le plus courant dans ce cas est de se rendre dans un garage pour une vidange. Malheureusement, ce sifflement est le signe qu’il est déjà trop tard et que le roulement est endommagé. Si la vidange reste nécessaire, il faut alors remplacer l’élément défectueux.

Quel lubrifiant pour la boite de vitesse ?

Si vous vous demandez quelle est l’huile pour ma boite de vitesse, sachez qu’encore une fois, un professionnel dûment habilité est plus à même de le déterminer avec certitude. Il existe plusieurs références, parmi lesquelles il n’est pas toujours simple de s’y retrouver.

A l’instar de ce qui existe pour l’huile moteur, on distingue deux types de lubrifiants :

- L’huile minérale convient pour les boites de vitesses manuelles. Elle provient du raffinage du pétrole brut et coûte moins cher à l’achat.

- L’huile synthétique est élaborée en laboratoire, et elle dure plus longtemps que la minérale. Elle se caractérise par un haut indice de viscosité et convient ainsi aux BVA et aux véhicules puissants dotés d’une boite manuelle. Elle ne doit pas être utilisée sur les anciens véhicules. 

Besoin de faire un devis ?

Votre devis personnalisé en quelques clics.